…De mettre un stylo dans sa poche de chemise ?

La pratique consistant à trimballer un stylo dans la poche de sa chemise continue de prospérer. Ilustration Bob London pour M Le magazine du Monde

Extrait de M le magazine du Monde,

par Marc Beaugé, illustration de Bob London.

Contrairement aux apparences, le métier de gérant de pressing n’est pas de tout repos et comporte même de sacrés risques. Ainsi, outre l’éventualité d’avoir sur les bras un costume en lin pistache que son propriétaire aura eu la lucidité de ne pas venir chercher, le gérant de pressing risque, à chaque instant, de se voir confier un pantalon, une veste ou une chemise dans laquelle est resté coincé un stylo plume. Si celui-ci passe entre les mailles du filet et atterrit en machine, ce sera, pour lui, la fin assurée. Car chacun des vêtements dans le tambour sera souillé d’encre et il lui faudra dédommager un par un ses clients.

Si nul ne peut décemment avoir envie d’assumer cette responsabilité, la pratique consistant à trimballer son stylo dans une poche continue de prospérer. Pour des raisons évidentes, et étroitement liées à la spécificité physique masculine, les hommes optent rarement pour une poche de pantalon, recourant bien plus souvent à une poche de veste. Sur le même principe que la poche lunettes ou que la fameuse poche ticket, typique des costumes anglais, une poche intérieure est même spécifiquement réservée au stylo sur certains modèles haut de gamme.

C’est donc surtout la poche de chemise qui pose problème, et expose celui qui y place son stylo à tous les dangers. Ainsi, les pompiers constatent, de façon tout à fait sérieuse, qu’un stylo placé dans une poche de chemise finit souvent enfoncé dans la trachée du conducteur, lors d’un accident de voiture, notamment sous la pression de la ceinture de sécurité. Dans un autre registre, non moins sérieux, une tache fatale est très vite arrivée dans cette configuration (pour enlever de l’encre sur du coton, tamponnez avec du lait et du peroxyde, et priez très fort).

Mais en plaçant son stylo dans sa poche poitrine, c’est d’abord sa crédibilité stylistique que l’homme met en danger. Car cette pratique-là suscite des rapprochements fort malvenus. En effet, si le stylo derrière l’oreille est une technique très marquée par l’univers de la boucherie, le stylo dans la poche de chemise évoque deux mondes peu réputés pour leur élégance : la poste et la restauration. Car, à tout moment, le facteur et le serveur doivent pouvoir griffonner un bout de papier. L’un pour remplir le bordereau d’un recommandé, l’autre pour se souvenir du nombre de pizzas calzone et Coca zéro à servir.

Ainsi, pour éviter les problèmes de style, de santé ou de tache, il conviendrait donc de ne jamais rien mettre dans sa poche de chemise. Le plus malin est même de se munir de chemises sans poche. Car, au vrai, en matière de chemises, surtout à la ville, l’épure est l’objectif numéro un. Poches, épaulettes, logos ou monogramme sont donc toujours de trop.

Laisser un commentaire