…De rentrer le ventre sur la plage ?

Extrait de M le magazine du Monde,

par Marc Beaugé, illustration de bob London.

Si l’art de la séduction passe parfois pour l’art de la franchise ou de l’empathie, il relève plus souvent, au fond, de l’art de la dissimulation. Ainsi, de la même façon que certains hommes n’hésitent pas à « rentrer » dans un placard leurs posters d’Halle Berry ou leur collection de figurines Dragon Ball Z avant de faire monter une fille pour la première fois dans leur studio, d’autres ont pris l’habitude, sur la plage, de rentrer sérieusement leur ventre, dans l’espoir de plaire.

Ces hommes-là sont très facilement repérables sur le sable, leur silhouette se trouvant radicalement affectée par cette posture. En retenant leur souffle, ils gonflent en effet leur thorax d’air et font ainsi ressortir leur torse, allant parfois jusqu’à faire émerger le dessin de leurs côtes. Ainsi, à défaut d’avoir le ventre plat, ils présentent un ventre creusé, négatif parfait du ventre d’une femme enceinte de six mois.

Mais, au-delà de ces déformations attendues, la posture, contraignante et fort peu naturelle, confère à ces malheureux un air crispé, très semblable à celui provoqué par une constipation. A l’usage, l’homme au ventre rentré se révèle même extrêmement peu mobile. Souvent, il préférera d’ailleurs décliner une partie de beach-volley ou de raquettes en bois plutôt que de courir le risque de se relâcher.

Le paradoxe est là. Réduit à la contemplation par une forme d’engagement esthétique, l’homme au ventre rentré ne pourra prendre part à aucune des activités physiques qui auraient pu véritablement contribuer à sculpter son corps. Il se verra également exclu des activités de drague. Car, en rentrant son ventre et en retenant son souffle, il s’oblige, par manque d’air, à un quasi-silence. Concrètement, il ne nous semble pas possible de lancer à une jeune femme : « Votre mère est une voleuse, elle a volé les plus belles étoiles du ciel pour en faire vos yeux » sans expirer au moins une fois, et donc sans relâcher son ventre.

Autocentré et obnubilé par son corps, l’homme au ventre rentré restera donc muré dans son isolement et ne pourra séduire. A l’inverse, l’homme à la bedaine assumée et fière suscitera un sentiment propice aux rapprochements. En harmonie avec son corps, même imparfait, il plaira donc beaucoup plus. Surtout s’il se paie le luxe de partager avec celle qu’il convoite un beignet au chocolat acheté sur la plage à un vendeur ambulant, sous le regard médusé de l’homme au ventre rentré.

 

Laisser un commentaire