La Gibson de Gary Oldman

La Gibson de Gary Oldman

Si depuis dix ans, il collectionne les rôles secondaires, Gary Oldman reste l’un des meilleurs acteurs britanniques. A 54 ans, l’inoubliable Dracula de Francis Ford Coppola est revenu sur le devant de la scène avec le personnage de Georges Smiley dans La Taupe, de Tomas Alfredson, adapté du roman de John Le Carré. Tout en intériorité, il se fond dans la peau de cet espion silencieux aux antipodes des héros extravertis qu’il a campé auparavant. Peut-être parce que le comédien au passé tumultueux mène aujourd’hui une vie paisible sous le soleil californien. Son totem? Une Gibson ayant appartenu à Eric clapton.

« J’ai une guitare Gibson datant de 1910 qui a appartenu à Eric Clapton. Il avait composé la musique du film Ne pas avaler, que j’ai réalisé en 1997. C’est ainsi que j’ai eu la chance de connaître cet homme formidable.

Lorsqu’il a mis aux enchères quelques-unes de ses guitares-c’était, je crois, au profit du centre de désintoxication Crossroads qu’il avait fondé-, je lui ai, bien sûr, promis que j’en achèterais une. J’ai dû prendre la moins chère et une des moins connues, parce que je ne pouvais pas dépenser des sommes folles! Elle a de nombreux éclats de peinture et je l’ai faites réparer pour pouvoir en jouer, mais je la trouve très belle, justement parce qu’elle est cabossée par le temps. Elle fait son âge de la plus délicieuse des façons. Sa forme est sensuelle et réconfortante. On n’est jamais déçu lorsqu’on se met à jouer d’un instrument de musique, même si on est limité par ses compétences. J’arrive toujours à sortir une mélodie apaisante. Voilà pourquoi j’adore ma Gibson. »

Extrait de M le Magazine du Monde, propos recueillis par Vivien Winjgaard.

 

 

Laisser un commentaire