Approcher L’Atomium de près

Hydre à neuf têtes, phallique, exaltant la beauté du progrès et la foi en l’avenir, cette sculpture géante aux globes mamelliphères, due à l’ingénieur André Waterkeyn, est aussi imposante de loin que de près. Rénovée de main de maître, elle resplendit de tout son éclat. Radieux, poli, tout clinquant, L’Atomium, érigé pour l’Exposition universelle de 1958, est le symbole obsolète d’une Belgique unie, insouciante et prospère.

Crédits : Sander de Wilde pour M Le magazine du Monde

Laisser un commentaire