Mafflier SA, nid d’espions !

La guerre de l’intelligence économique est déclarée dans l’entreprise de Le Guilloux, autoproclamé chef des Renseignements généraux internes.

L’affaire d’espionnage chez Renault, même si elle a tourné au fiasco, a eu deux effets chez Le Guilloux, le directeur commercial : renforcer sa paranoïa naturelle de chef de meute et lui faire prendre conscience que l’information est « l’input » le plus stratégique pour une entreprise du 21éme siècle, fut-elle spécialisée dans les bonnes vieilles machines-outils. Aussi a-t-il mis en place un plan d’action en deux axes. D’abord, les opérations internes (OPI) essentiellement tournées vers Gomez, le directeur marketing : cherche-t-il encore à me nuire ? Que prépare-t-il ? Comment l’affaiblir auprès de la direction ? Que peut révéler sa vie privée qui puisse « servir » ? Ca, c’est la partie FBI du job.

Ensuite, les opérations externes (OPE) -le côté CIA. Il a placé des alertes Google sur tous les concurrents de la boîte, y compris sur Xan-Ti Electrics, le nouveau venu chinois qui cherche à recruter des commerciaux. Surtout, Le Guilloux compte mettre en place un dispositif lui permettant de remonter dans ses filets le moindre contact d’un des salariés avec Xan-Ti.

Il commence par éplucher les CV -stages à l’étranger, Erasmus, lieu du service militaire, premier job… -, espérant découvrir les indices d’une potentielle trahison. Il s’attarde sur le CV de Franck Nguyen. Franck, malgré son fort accent toulousain, doit forcément avoir des « contacts », ne serait-ce que familiaux, au Viêtnam. Viêtnam = Asie = Chine = Xan-Ti : voilà Franck placé sous surveillance.

Ni hao  !

En plus de la paperasse, le plan Le Guilloux comporte un volet high-tech. Avec l’aide discrète et zélée de Kevin Fournier du service informatique -Kevin doit beaucoup à Le Guilloux, notamment son job -a été mise en place une implacable surveillance. Modifications d’agenda électronique, entrées-sorties du bâtiment (il faut badger à chaque passage), historique de surf, coups de téléphone à l’étranger, notes de frais : Kevin fait converger dans un même fichier Excel quotidien toutes les traces électroniques des salariés.

L’épluchage de ces fichiers est devenu la première tâche de Le Guilloux en arrivant au bureau. Il s’est aperçu au passage que Facebook, venteprivee.com, rencontrescoquines, meteofrance et leboncoin sont les sites les plus fréquentés de la boîte. Mais cela ne présente finalement aucune espèce d’importance dans le cadre de la nouvelle mission qu’il s’est fixée. Le Guilloux s’attarde plutôt sur les habitués des echos.fr ou de bilansgratuits.fr, hauts lieux de l’intelligence économique. Le résultat est sans appel : Gomez figure en tête… Le Guilloux surveille de près un autre indicateur qu’il finit par juger pertinent au fil de ses investigations : la fréquentation assidue des salons professionnels, véritables nids d’espions. Là encore : Gomez… L’étau se resserre.

Pour tester le seuil de résistance mentale du directeur marketing, Le Guilloux l’a salué à plusieurs reprises (ce qu’il ne fait jamais) par un « Ni hao » retentissant. A chaque fois, Gomez a eu cette expression teintée d’inquiétude, typique, juge Le Guilloux, de l’agent secret sur le point d’être confondu. Prochaine étape : rédiger un rapport circonstancié qu’il ne manquera pas de remettre à la direction générale. Il fera moins le malin, Gomez-le-barbouze.

Extrait des échos magazine

ERIC VILLEMIN

 

Laisser un commentaire