Marc Beaugé : « Ce n’est pas raisonnable de dormir avec un short de foot »

marc

[Questionnaire de nuit] Chaque semaine, une personnalité du monde de la musique, du cinéma, de la mode… raconte son rapport à la nuit. Cette semaine, les correspondances nocturnes de Marc Beaugé, rédacteur en chef à So Press (qui comprend So Foot, So Film et Doolittle), chroniqueur au Supplément sur Canal+, à M le mag et enfin fondateur de la marque Larose. 

À quand remonte votre dernière nuit blanche?

Je ne suis pas assez endurant. Ou plus assez jeune. Je ne tiens plus une nuit entière. J’ai aussi le défaut de très peu boire, voire pas du tout… En revanche, il y a beaucoup de demi-nuits blanches. Les bouclages peuvent terminer tard dans la nuit, au delà de cinq heures du matin. Mais, le plus souvent, c’est parce que je mets le réveil très tôt, pour travailler. Quatre heures du matin, c’est mon heure.

Qui appelez-vous en cas d’insomnie?

Je n’appelle personne. Mais j’envoie plein de mails, de SMS. Je lance des idées, des propositions d’articles… C’est sans risque. Personne ne peut répondre. Les gens dorment. Le problème est qu’ils finissent par se réveiller. Et parfois même par répondre oui à des propositions faites, sans trop y penser, en pleine nuit… C’est comme ça que l’on rend son emploi du temps de la journée bien trop compliqué.

Travaillez vous mieux la nuit ?

Il n’y a pas de mails urgents, pas de coup de fil. Je peux rattraper le retard. Si tout va bien, je me rendors même entre sept et huit heures. Trépidant, non ? En plus, à quatre heures du matin, Isaac, mon associé sur Larose, qui habite au Canada, est réveillé. On peut parler. C’est là, par mail, en s’envoyant des photos, que l’on construit les collections, les lookbooks.

Enfant, la nuit était elle synonyme d’angoisse ou de quiétude ?

Ni l’un ni l’autre, mais je parlais beaucoup dans mon sommeil. J’ai le souvenir de ma mère me disant que j’avais « encore parlé de Mitterrand cette nuit ».

Aviez vous un rituel du coucher ?

Pas vraiment. Mais je garde un bon souvenir des rares fois où je me suis couché habillé… Il me semble que c’était agréable. On dit que Sean Connery, sur les tournages de James Bond, dormait parfois avec ses costumes. Cela lui permettait de « faire » les costumes, de se les approprier. C’est efficace. Mais à pratiquer uniquement avec des costumes de qualité, taillé dans de beaux tissus… Sinon, vous vous réveillerez comme une guenille.

Que ne porteriez vous jamais la nuit ?

Pour dormir, donc ? La nuit ne doit pas être un prétexte à se relâcher. Pas de t-shirts publicitaires, à message, à imprimé. Pas de caleçons Coup de Cœur. Pas de shorts de foot… J’ai de vieux pyjamas de chez Brooks Brothers, avec veste à boutons. Ils sont très beaux et font un look de vieux monsieur très chic. On a l’impression de s’habiller pour aller dormir. J’aime bien cette idée. Mais je dois avouer ne pas avoir la force de les mettre chaque soir…

Qui aimeriez vous croiser de nuit ?

Il y en a tellement… Roy Keane, John Baldessari, Peter Saville, Jeremy Hackett, Alex Ferguson, Ian Brown, Glenn O’brien, Jean Paul Goude, George Best… Je ne cite pas de filles, par prudence.

Où l’emmèneriez-vous ?

Dans un bar d’hôtel. Il y a un truc avec les bars de nuit, non ? Je dis peut-être cela parce que je ne les fréquente absolument pas. Mais ils me font penser à Monsieur Paul… Le Monsieur Paul du Ritz, vous vous souvenez ?

Vous montez dans un train de nuit. Quelle est votre destination ?

Comme les bars d’hôtel, c’est une belle idée, les trains de nuit, sur le papier. Mais c’est finalement assez désagréable de dormir dans une couchette dure, trop petite, trop froide, au milieu d’inconnus et sans pouvoir se laver… J’ai testé. Donc, je n’irais pas bien loin. Ou je raterais mon train.

La phrase nocturne que vous n’oseriez jamais prononcer le jour?

« Tu préfères ton père ou ta mère ? »

Laisser un commentaire