« On est footballeurs, on n’est pas des pédés »

Sophia Aram, "on est footballeurs, on n'est pas des pédés"

Par Sophia Aram, chronique du Monde du 23 mars 2012.

J’aimerais revenir sur un événement qui a mis le football français sens dessus dessous. Un événement traumatique, cristallisant les angoisses et les peurs fantasmatiques de footballeurs dirigeants et commentateurs sportifs.

Voici l’histoire : mercredi 29 février, la France rencontrait l’Allemagne, la rencontre allait se terminer par une victoire de la France 2-0. Mais ce n’est pas là la seule surprise de cette soirée. Olivier Giroud, l’auteur du premier but, exalté par ce magnifique point qu’il venait de marquer, s’est précipité sur son camarade Mathieu Debuchy et l’a embrassé. Et la question c’est : où ?

Est-ce une accolade virile durant laquelle deux barbes de trois jours s’effleurent sans risque de déclencher la moindre érection ? Ce baiser s’est-il porté sur la joue pour marquer l’affection toujours virile qui a cours entre deux amis proches, deux frères, deux cousins ? Ou alors… Oh ! mon Dieu, non… Sur la bouche ? Serait-ce possible ? Un smack, un bisou, une pelle, un gadin ou une énorme galoche ? Mais dans ce cas auraient-ils mis la… langue ? Oh, mon Dieu !

DE QUOI ONT-ILS PEUR ?

Bien sûr, devant l’ampleur de l’émoi (je ne détaillerai pas) suscité par cette affaire dans la communauté footballistique, les intéressés se sont empressés de démentir. « C’était pas la bouche… »« C’est la faute au cadrage ! » « J’ai pas mis la langue. » « J’ai une fiancée… » Blablablablabla.

Le problème, c’est qu’on s’en fout. Franchement, qu’ils se soient embrassés sur la bouche ou pas, que ce soit à la russe ou à la Freddie Mercury. On s’en fout. Personne n’est allé demander à Britney Spears et à Madonna de se justifier après qu’elles se furent roulé une pelle sur MTV. J’imagine même que les commentateurs choqués par le baiser du stade furent remplis de bienveillance envers le geste tendre mais néanmoins amical des deux chanteuses… En revanche, quand deux footballeurs s’embrassent, on repasse les ralentis, on commente et on attend un démenti du type : « On est footballeurs, on n’est pas des pédés ! »

Au passage, j’invite les journalistes ayant repassé la vidéo du baiser footballistique au ralenti plus d’une fois à s’outrer dans l’année ou à entreprendre une analyse. De quoi ont-ils peur ? Que l’hypothèse même que deux footballeurs puissent s’embrasser publiquement ébranle l’hétérosexualité fragile d’une communauté footballistique déjà adepte du maillot mouillé et des douches viriles ? Ou, pire, que l’effleurement des lèvres des deux joueurs suscite une tension au niveau de leurs flottants et qu’ils finissent par se rouler une pelle et faire leur petite affaire là, sur le gazon, devant des millions de téléspectateurs ébahis ?

Je me demande pourquoi la virilité des joueurs de foot est aussi fragile, aussi sensible. Pourquoi les footballeurs, plus que les autres, ont-ils besoin de se rassurer et de rassurer les autres sur leur hétérosexualité ? A quand une vraie campagne contre l’homophobie dans le milieu du foot ? Des photos de joueurs vedettes s’embrassant à pleine bouche avec pour slogan : « Le foot, c’est aussi un sport de pédés » ?

Et dire que, dans le même temps, on arrête le déferlement de blagues salaces à l’égard de Zahia en la sacrant icône de la mode, couronnée par Karl Lagerfeld en personne.

Laisser un commentaire