Voici revenu les temps des stagiaires

Tous les ans au mois de juin,l’entreprise prend un coup de jeune avec l’arrivée des stagiaires d’été.A chaque service ses règles implicites.

Le Guilloux, le directeur des ventes, a développé au fil des ans un instinct de conservation tranchant. Il connaît mieux que personne la dangerosité des nouveaux venus. Aussi, prend-il en charge personnellement l’intégration du stagiaire du service, qui répond à un rituel désormais bien rodé :

1. Premier jour : déjeuner bien arrosé pour tester les seuils de résistance et faire tomber les inhibitions.

2. Deuxième jour : rendez-vous commercial sur le mode rie Tu t’assieds là, tu m’observes et tu ne dis rien . Et gare si le malheureux prononce d’autres mots que   Bonjour et   Au revoir .

3. Pour les deux mois restants : attribution de missions dédiées à la gloire du service. La dernière en date étant la rédaction d’un mémo intitulé : La force de vente : un accélérateur pour le XXieme siècle .

Bilan carbone carbonisé

Pour Kevin, 21 ans, tout s’est bien passé jusqu’au jour où il a pris l’initiative d’envoyer à Le Guilloux, avec copie à tous les chefs de ventes, un mail intitulé : Projet vidéoconférence .

Kevin : Pour un budget modique, je peux vous aider à mettre en place un système de vidéoconférence. Vous pourrez ainsi réduire le bilan carbone du service de 15% et faire de sérieuses économies sur les notes de frais. Le Guilloux a été doublement choqué. Par l’emploi du   je , d’abord, et par le choix des mots ( vous aider ,  modique ,  réduire ,   sérieuses économies , notes de frais ), ensuite, qu’il prit comme autant d’agressions personnelles. Kevin a fini son stage à classer des vieux argumentaires commerciaux sans que Le Guilloux lui adresse la parole.

A la DAF, on a une autre conception du  métier  de stagiaire, fondée sur la capacité à se fondre dans le collectif. Aurélie, 21 ans, BTS de comptabilité et gestion des organisations, a été intégrée en quelques minutes et s’est vue remettre son kit stagiaire : carte de cantine, numéros d’urgence et programme de travail sur Excel qui encadre strictement ses tâches pour les deux mois à venir. Comme tous les stagiaires, Aurélie a été dispensée de participer à la cagnotte café mais c’est le seul détail (excepté sa rémunération…) qui la différencie des autres salariés.

Mais, avec l’arrivée des stagiaires, tout le monde se rappelle l’épisode Charles-Henri. Charles-Henri avait passé tout un été à la direction financière sans faire de vague. A l’issue de son stage, il avait convié une partie du service, dont le directeur financier, Martial Dardenne, à un pot de départ: Rendez-vous en bas de l’immeuble à 19 heures.  La première surprise vint de la limousine avec chauffeur qui attendait le petit groupe ; la seconde, des gens de maison qui les avaient accueillis à la porte de l’hôtel particulier. Entre deux gorgées de Dom Pérignon Vintage, Charles-Henri avait glissé à Dardenne qu’il pouvait aider l’entreprise à se sortir de la mauvaise passe dans laquelle il estimait qu’elle se trouvait : Je suis en train de monter un fonds de capital-risque et j’aurais vraiment plaisir à investir dans l’entreprise même si j’ai désormais acquis la conviction qu’il faut complètement renouveler le management financier. Depuis cet épisode, Dardenne n’a jamais plus eu recours à des stagiaires.

Extrait des Echos magazine

Laisser un commentaire